télécharger au format PDF

page précédente (liste des NI)

 

RECTORAT
20, boulevard
d'Alsace-Lorraine
80063 Amiens
cedex 9
Division
Evaluation
Prospective et
Logistique

 

L'enseignement du latin débute en classe de 5ème depuis la rentrée scolaire 1996-1997.

L'étude du grec ancien ne commence qu'en classe de 3ème. Les élèves ont alors la possibilité d'étudier à la fois le latin et le grec ancien.

 

En classe de seconde de détermination, de 1ère ou de terminale générale, le latin et le grec ancien sont, selon les programmes, des enseignements obligatoires ou optionnels (obligatoires ou facultatifs). En terminale littéraire, une langue ancienne peut être choisie comme enseignement de spécialité. Les élèves préparant un baccalauréat technologique ne peuvent pas être formés aux langues anciennes, à l'exception de ceux engagés dans la série Techniques de la musique et de la danse (TMD).

 

Pour des raisons de simplification, ont été pris en compte :

en collège, les effectifs de 5ème, 4ème générale (n.c les 4ème AES) et 3ème générale (n.c 3ème insertion et 3ème technologique)

  en lycée, les effectifs de seconde de détermination et de 1ère et terminales générales et technologiques.

 

================================================

 

L'étude des langues anciennes, que ce soit le latin ou le grec, se raréfie à mesure de l'avancement de la scolarité.

 

Les effets de la relance de l'enseignement du latin dès la classe de 5ème en 1996 furent assez limités.

Cependant, depuis un ou deux ans, en collège, il semblerait que l'intérêt pour cette discipline reprenne légèrement. C'est lors du passage au lycée que les effectifs diminuent très fortement.

Quant à l'enseignement du grec, il ne concerne qu'une minorité d'élèves : 499 élèves en 3ème (soit 2,2 % des effectifs de ce niveau) et 350 élèves en lycées (soit 0,8 % des effectifs de 2nde, 1ère et terminale générales et technologiques).

Les latinistes et les hellénistes sont plus fréquemment des filles avec respectivement 60,5 % et 63,3 % (alors que pour l'ensemble des effectifs concernés, c'est-à-dire de la 5ème à la terminale, elles sont 52,8 %).

 

Evolution de la proportion de latinistes par niveau (%)

(secteur public)

 

 

 

96/97

97/98

98/99

99/00

00/01

01/02

02/03

03/04

5ème

22,6

21,9

19,8

19,7

19,2

19,5

19,3

19,5

4ème

20,2

23,5

17,9

18,3

17,3

16,7

17,4

18,2

3ème

20,8

19,7

22,0

19,1

17,5

16,2

15,8

16,7

2nde

7,5

6,6

5,6

5,2

4,4

4,6

4,0

3,9

1ère

5,0

3,9

3,3

2,8

3,2

3,0

2,9

2,6

Terminale

3,9

3,7

2,8

2,5

2,1

2,4

2,7

2,3

 

 

 

 

 

Collèges

 

Lycées

 

Evolution de la proportion d'hellénistes par niveau (%)

(secteur public)

 

 

96/97

97/98

98/99

99/00

00/01

01/02

02/03

03/04

3ème

2,0

1,8

1,8

1,8

1,8

1,9

2,0

2,2

2nde

1,5

1,3

1,0

0,8

0,9

0,8

1,1

1,1

1ère

0,9

1,0

0,7

0,6

0,5

0,8

0,6

0,7

Terminale

0,8

0,7

0,7

0,5

0,4

0,3

0,5

0,4

 

 

 

 

 

 

DANS LE PREMIER CYCLE

 

 L A T I N 

 

L'option latin est offerte depuis la rentrée 1996 aux élèves à partir de la classe de 5ème.

Dans l'académie d'Amiens, à la rentrée 2003, 21,1 % des élèves de cette classe ont choisi cette option à la rentrée 2003, et au total, 19,3 % des collégiens susceptibles d'étudier le latin (classes de 5e, 4e et 3e) ont opté pour cette discipline

Cependant, ces proportions peuvent varier sensiblement :

Entre le secteur public et le secteur privé :

19,5 % des élèves de 5ème ont choisi le latin dans le public contre 29 % dans le privé.

18,2 % de l'ensemble des collégiens (hors 6ème) sont latinistes dans le public contre 24,9 % dans le privé.

 

d'un département à l'autre (public +privé)

dans l'Aisne, 23,7 % des effectifs de 5ème et 21,3 % de l'ensemble des collégiens font du latin.

dans l'Oise, ces proportions sont, respectivement, de 19,5 % et 17,6 %.

dans l'Oise, ces proportions sont, respectivement, de 19,5 % et 17,6 %.

 

  d'un établissement à l'autre : les moyennes académiques et départementales masquent des variations importantes entre établissements.

 

 

Public seul - % de latinistes :

Académie :

5ème : 19,5 %

Total collège : 18,2 %

Aisne :

5ème : 21,8 % (avec un taux variant de 10 % à 46,2 % selon l’établissement)

Total collège : 19,8 % (variation de 6,6 % à 35,7 %)

Oise :

5ème : 18,5 % (variation de 3,4 % à 42,1%)

Total collège : 17,1 % (variation de 3,9 % à 36,5%)

Somme :

5ème : 18,8 % (variation de 3,8 % à 37,5 %)

Total collège : 18,1 % (variation de 5 % à 36,4 %)

 

 

 

 

 G R E C 

 

L'étude du grec ancien ne commence qu'en classe de 3ème. Les élèves ont alors la possibilité d'étudier à la fois le latin et le grec ancien.

A la rentrée 2003, seuls 499 élèves de 3ème ont choisi cette option, soit 2,2 % : 430 élèves dans le secteur public (2,2 %) et 69 dans le secteur privé (1,9 %).

Cette option est davantage choisit par les collégiens de l'Aisne (171 élèves, soit 2,6 % des effectifs de 3ème) et de l'Oise (244 élèves, soit 2,5 %) que par ceux de la Somme (84 élèves, soit 1,3 %).

 

 

A la rentrée 2003, les 430 hellénistes des collèges publics se répartissent dans 38 collèges :

13 collèges de l'Aisne, les effectifs variant de 4 à 34 (de 2,7 % à 22,4 % des effectifs de 3ème de l'établissement.

18 collèges de l'Oise, les effectifs passant de 1 à 26 (de 0,6 % à 19 %).

7 collèges de la Somme, les effectifs allant de 4 à 14 (de 3,3 % à 11,1 %).

 

 

Dans le secteur privé, les 69 élèves étudiant le grec ancien sont scolarisés dans 5 collèges :

Aisne : 

2 collèges:

  6 élèves (2,8 %)

 

  8 élèves (14,8%)

 

Oise :

2 collèges:

  20 élèves (9,7 %)

 

  24 élèves (10,8%)

 

Somme :

1 collège :

  11 élèves (9,5 %)

 

 

 

 

DANS LE SECOND CYCLE

 

L'étude des langues anciennes est peu suivie dans le second cycle général et technologique. La baisse importante des effectifs entre le collège et le lycée s'explique par le fait qu'en classe de seconde certains élèves abandonnent toute option facultative et d'autres, se destinant à un enseignement technologique en cycle terminal, choisissent des enseignements optionnels en dehors des langues anciennes.

Ainsi, à la rentrée 2003, dans le secteur public, il n'y a plus que 3,9 % de latinistes et 1,1 % d'hellénistes en seconde contre respectivement 15,8 % et 2 % en troisième l'année précédente.

A la rentrée 2003, 1 666 latinistes et 350 hellénistes sont recensés dans les lycées publics et privés de l'académie d'Amiens, soit respectivement 3,6 % et 0,8 % de l'ensemble des élèves de 2nde, 1ère et terminale générales et technologies.

Les proportions diminuent sensiblement de la seconde à la terminale passant de 4,7 % à 2,9 % (3,2 % en première) pour le latin et de 1,1 % à 0,5 % (0,7 % en première) pour le grec.

 

 

 

 L A T I N 

Tout comme dans le 1er cycle, le latin est proportionnellement plus fréquemment étudié dans les établissements privés : 6,8 % des lycéens du secteur privé font du latin contre 3 % dans le public.

De même que pour les collèges, c'est dans l'Aisne que les lycéens sont proportionnellement plus nombreux à choisir le latin : 4,5 % (public + privé) contre 3,5 % dans l'Oise et 3,2 % dans la Somme.

 

Les taux sont également très variables d'un établissement à l'autre :

dans l'Aisne, sur les 15 lycées du secteur public (moyenne : 3,8 %), 4 ne dispensent pas d'enseignement du latin (il s'agit d'établissements n'ayant pas de séries générales littéraires); pour les 11 autres, les taux varient de 0,7 % à 10,9 %.

dans l'Oise, sur 16 lycées publics, (moyenne : 2,8 %), un seul ne compte aucun latiniste et pour les 15 autres l'étude du latin peut concerner de 0,3 % à 7,2 % des effectifs.

dans la Somme, sur 13 lycées publics (moyenne : 2,3 %) un seul ne propose pas l'option latin et parmi les 12 autres les effectifs suivant un enseignement de latin vont de 0,2 % à 4,5 %.

 

 

 

 

 G R E C 

 

A la rentrée scolaire 2003, le grec n'est étudié que par 350 lycéens (public + privé), soit 0,8 % des effectifs de 2nde, 1ère et terminale générales et technologiques : 278 élèves dans le public (0,7%) et 72 dans le privé (0,9%).

Comme pour le latin, le grec est proportionnellement davantage étudié dans le département de l'Aisne (1% des effectifs, soit 128 élèves) que dans l'Oise (0,7 %, soit 138 élèves) et la Somme (0,6 %, soit 84 élèves).

 

Les 278 hellénistes des lycées publics sont scolarisés dans 21 établissements différents :

7 dans l'Aisne pour lesquels la part des élèves étudiant le grec varie de 0,3 % à 2,2 % de l'effectif " 2nde/1ère/terminale " de l'établissement.

8 dans l'Oise : de 0,1 % à 2,8 % des effectifs

6 dans la Somme : de 0,2 % à 2,4 % des effectifs

 

 

Dans le secteur privé, 6 lycées regroupent les 72 hellénistes :

2 lycées dans l'Aisne (23 et 9 élèves, soit 8,3 % et 1,6 % des effectifs 2nde/1ère/terminale)

1 lycée dans l'Oise (15 élèves, soit 2,1 % des effectifs)

3 lycées dans la Somme (2 fois 1 élève et 23 élèves, soit 0,3 %, 0,2 % et 4,2 % des effectifs).

 

 

 

 

 

 

PUBLIC+PRIVE

Académie

Aisne

Oise

Somme

 

 

 

 

PUBLIC

Académie

Aisne

Oise

Somme

 

 

 

 

PRIVE

Académie

Aisne

Oise

Somme

 

télécharger au format PDF

page précédente (liste des NI)